:::: MENU ::::

R2PLive

A global portal of R2P-related media articles for students, scholars, and civil society.

Syrie : de la Responsabilité de protéger…

North America

Syrie : de la Responsabilité de protéger…

Syrie : de la Responsabilité de protéger…

Mondialisation.ca, 10 septembre 2015
Vidéo Al-Ikhbariya
Jaafari

À l’occasion d’une réunion informelle de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 8 septembre 2015, deux hauts responsables de l’Organisation ont appelé les États à traduire la reconnaissance de leur responsabilité de protéger (R2P) les populations contre les crimes internationaux les plus graves en actions concrètes, nous dit le Centre d’actualités de l’ONU, version française [1].

Voici la réponse du Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations unies, le Docteur Bachar al-Jaafari.


La délégation syrienne déplore que certains des États membres ayant approuvé la « Responsabilité de protéger », telle qu’elle a été définie au Sommet mondial de 2005 [2][3], l’aient transformée en un nouvel instrument pouvant justifier leur ingérence dans les affaires d’autres pays pour servir leurs intérêts étriqués et égoïstes, ce qui l’a décrédibilisée comme tant d’autres idées innovantes censées servir la morale et l’humanité.

Avec la délégation de mon pays, nous insistons sur les points suivants :

  • Premièrement : la responsabilité de protéger les populations contre les crimes internationaux les plus graves, incombe au premier chef à l’État concerné.
  • Deuxièmement : son but est de renforcer la souveraineté nationale, non de la saper ; l’idée même de cette « Responsabilité de protéger » n’ayant pas été proposée pour autoriser quiconque, au niveau international, à imposer ses exigences et ses solutions à d’autres états membres afin de modifier leurs régimes de gouvernance par invasion militaire, occupation territoriale, soutien de groupes terroristes armés, qualifiés ici d’« éléments armés  non étatiques ».
  • Troisièmement : il est inacceptable de politiser la question de la protection des civils de manière arbitraire et d’exploiter leurs souffrances pour légitimer des actions contraires à la Charte et aux résolutions des Nations Unies.

...

For full article, click here.

 

Comments are closed.